Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

La Côte - News

older | 1 | .... | 15 | 16 | (Page 17) | 18 | 19 | .... | 29 | newer

    0 0

    Clap de fin pour l'affaire de l'antenne Swisscom: une station de télécommunication pourra bel et bien être construite sur un terrain privé du chemin du Vernay, comme l'a révélé 24 heures vendredi matin. Suite à un recours de l'opérateur, le Tribunal cantonal a donné tort à la Municipalité de Gland qui refusait d'accorder un permis de construire pour le mât de 25 mètres.

    Pour fonder son refus, la Ville s'était pourtant basée sur son règlement communal. Elle avait tout d'abord mis en avant le caractère inesthétique de l'installation et appuyé cet argument par l'article 63 dudit règlement. Celui-ci stipule que " la Municipalité veille à ce que les constructions présentent le meilleur aspect architectural et la meilleure intégration au site ou quartier. " Un argument balayé par le Tribunal cantonal qui considère que " le site ne présente pas de caractéristiques particulières méritant d'être protégées " et que " l'autorité municipale a appliqué de manière arbitraire la clause esthétique ".

    Toujours selon le même texte, la Ville avait également indiqué qu'elle était compétente pour limiter la prolifération des antennes sur son territoire. Mais le Tribunal cantonal a estimé qu'" une interdiction étendue des antennes de télécommunication sur le territoire urbanisé serait incompatible avec la loi sur les télécommunications de la Confédération ".

    La fin d'une bataille

    A moins d'une nouvelle procédure de la Ville, qui semble peu probable, la construction de l'antenne Swisscom commencera " à la fin de l'année, au mois de novembre ou décembre " indique Enio Castellan, porte- parole de l'opérateur. Elle permettra à Swisscom d'améliorer sa couverture "3G" et "4G" dans ce secteur et de répondre ainsi à la demande des pendulaires. La station se trouvera en effet à proximité des voies de chemin de fer.

    L'affaire de l'antenne du Vernay avait débuté en mai 2013, lors de la mise à l'enquête de la station. Près de 200 habitants du quartier, inquiets pour leur santé, avaient exprimé leur désaccord par le biais d'une lettre ouverte adressée à la Municipalité et 46 oppostions avaient été déposées. Face à cette levée de boucliers, Swisscom avait organisé en septembre une séance d'information pour tenter de désamorcer les tensions. En vain. Fin novembre, les autorités glandoises avaient décidé de se rallier aux opposants en refusant d'octroyer un permis de construire à l'opérateur . AGO


    0 0
  • 07/14/14--15:01: Cinétoile sous les étoiles
  • Cinq projections nocturnes du 15 au 19 juillet.

    La cour illuminée du centre scolaire des Perrerets servira de cadre à la 3 e édition du cinéma Open Air de Gland, dès ce soir et jusqu'au samedi 19 juillet. Le concept? Une projection par soirée proposée au public, dans une ambiance qui se veut conviviale. La ville de Gland, en collaboration avec l'association du cinéma Rex à Aubonne, a mis sur pied cet événement permettant de découvrir ou de revoir des films récents. Les projections ont lieu chaque soir à 21h30 (entrée dès 19h avec stands de boissons et nourriture à disposition).

    Quant à la programmation, elle se veut éclectique: de la comédie ("Qu'est-ce qu'on a fait au bon dieu?" ce soir) au film d'action ("Transformers: l'âge de l'extinction" vendredi soir), en passant par le film d'animation ("Dragons 2" samedi soir), plusieurs genres seront (re) traversés. SBO


    0 0

    Dans la nuit de samedi à dimanche, entre 22h et 5h du matin, des pelles mécaniques ont littéralement dévoré le pont de la route de Luins qui surplombait l'A1. Un chantier impressionnant, qui aura nécessité la fermeture de l'autoroute et la présence d'une trentaine d'employés des entreprises Sotrag et Perrin Frères. De nombreux curieux s'étaient postés de part et d'autre du pont pour suivre le ballet des "croqueuses" de béton, bravant les nuages de poussière générés par les travaux.

    "La conception de ce chantier nous a pris une année", indique Olivier Reymond, ingénieur en génie civil en charge des travaux. Ceux-ci doivent permettre l'installation d'un nouveau pont en raison de l'élargissement de la route de Luins. " Une fois terminé, le nouvel ouvrage sera glissé sur quinze mètres jusqu'à son emplacement final. Ce sera pour fin juillet ", a indiqué l'ingénieur. AGO


    0 0

    Lundi 28 juillet, l'ouvrage sera mis en place grâce à un système de rails.

    Après avoir été construit à côté du pont existant puis monté sur deux pistes de ripage, le nouveau pont de la route de Luins sera ripé au-dessus des voies de circulation de l'autoroute le 28 juillet, afin de remplacer l'ancien pont, détruit par croquage.

    Ce nouvel ouvrage, plus large que le précédent a été conçu afin de mieux absorber la nouvelle charge de trafic engendré par la réalisation de l'écoquartier de Communet-Borgeaud. Ce pont aura une portée d'environ 35m pour une largeur de 12 mètres.

    Pesant 1 770 tonnes, le pont préconstruit enjambe déjà l'autoroute, à quelques encablures de l'endroit où se dressait l'ancien pont. Grâce à un système de rails et de vérins hydrauliques posés sur chaque côté des voies, l'ensemble de la structure sera ripé sur une distance de 20 mètres à une vitesse de 2 mètres à l'heure, pour venir se placer à l'endroit exact de l'ancien pont détruit. L'opération durera 10 heures, elle débutera lundi 28 juillet à 8 heures et devrait se terminer sur le coup de 18 heures.

    L'option du ripage adoptée pour cette structure permet d'acheminer le pont sur son emplacement définitif sans nuire au trafic très dense de l'autoroute et de fermer la route de Luins un minimum de temps (juillet-août 2014). L'opération s'effectuera au-dessus des voies de circulation qui resteront ouvertes au trafic. Pour la démolition de l'ancien pont, le trafic autoroutier avait été interrompu une partie de la nuit seulement avant de passer en mode bidirectionnel.

    Une fois le pont ripé, des travaux de consolidation et de finition seront entrepris. La réouverture de la route de Luins est prévue pour le lundi 1 er septembre. Le coût total du chantier s'élève à 6,5 millions, dont 4,1 millions pour le nouveau pont.



    COM

    0 0

    Suite à une vague de cambriolages dans l'écoquartier, les régies ont pris des mesures pour sécuriser les lieux.

    info@lacote.ch

    "Il ne faut pas se leurrer. S'ils sont ici, c'est parce que c'est facile" , explique Jean-Luc Battaglia, avant de préciser son propos. "Ces portes non sécurisées sont forcées en moins de 15 secondes." Ce serrurier spécialisé dans la sécurisation des biens sait de quoi il parle. Et ce n'est pas sa première intervention dans le quartier d'Eikenøtt. "Nous y avons renforcé une soixantaine de cylindres dans les portes d'appartements depuis début juillet."

    Trois cents francs par porte

    C'est à la suite de plusieurs cambriolages commis dans le nouvel écoquartier de Gland que les différentes régies - responsables chacune d'un immeuble - ont décidé de prendre des mesures. Ce sont d'ailleurs elles qui couvrent les frais de l'opération, qui se chiffre à environ 300 francs par porte. "Elles ont d'abord rechigné en raison du coût élevé, mais la plupart des immeubles du site sont maintenant mieux protégés" explique Jean-Luc Battaglia, tout en revissant une serrure renforcée sur la porte d'un appartement pourtant neuf.

    Les caractéristiques du quartier durable glandois ne sont pas étrangères aux risques de cambriolages, déjà plus élevés en période estivale.

    Trois risques pointés

    Habitué des appartements illégalement visités, Jean-Luc Battaglia voit trois principaux risques propres à l'écoquartier: beaucoup de jeunes couples qui travaillent et sont donc souvent absents durant une bonne partie de la journée; la distance entre le parking et les habitations permettant à un éventuel veilleur de donner l'alerte, mais également le fait que les gens ne se connaissent pas ou très peu (et ne surveillent pas mutuellement leurs biens). Les rares habitants rencontrés sur place voient d'ailleurs la sécurisation des lieux d'un bon oeil, sans toutefois céder à la panique. "Eikenøtt reste un endroit très calme et l'on s'y sent en sécurité" glisse sereinement une mère de famille.



    SYLVAIN BOLT

    0 0

    L'acquisition de l'entreprise lausannoise MIG Bank a pesé dans les charges. Les dirigeants restent confiants.

    Le prestataire vaudois de services financiers Swissquote a vu son bénéfice net reculer de 18% à 11,1 millions de francs au premier semestre 2014 en raison des frais d'intégration de MIG Bank. Le rachat de cette société en septembre 2013 a en revanche positivement influencé le chiffre d'affaires, qui a progressé de 16,8% par rapport à l'exercice précédent, à 70,3 millions.

    Concrètement, l'acquisition de l'établissement lausannois a entraîné une hausse des charges d'exploitation de l'ordre de 31%, à 57,2 millions de francs, a indiqué hier Swissquote. Ce rebond est principalement dû au gonflement de 46,4% des coûts liés aux effectifs supplémen- taires (28,9 millions de francs).

    Les dirigeants de Swissquote se disent confiants que ces coûts seront nettement réduits d'ici la mi-2015 grâce aux effets de synergie. "Bien que l'intégration technique complète de MIG Bank ait pris un peu de retard, elle sera achevée d'ici le troisième trimestre 2014" .

    Activités de trading en baisse

    Durant la période sous revue, les revenus des commissions ont connu une légère progression de 3,2% à 30,9 millions de francs. Cette amélioration est liée à la hausse du revenu moyen par transaction et à l'acquisition de plus de 3000 nouveaux clients sur les activités de trading.

    Les revenus des intérêts ont par contre baissé de 8,1% par rapport à l'exercice précédent, à 7,2 millions de francs. Swissquote explique ce recul par sa politique d'investissement prudente, rappelant au passage que plus de la moitié du bilan (soit 2 milliards de francs) est déposée auprès de la Banque nationale suisse.

    Clients en hausse

    Les activités de trading du courtier en ligne n'ont généré que 6,4 millions, soit une contraction de 4,3%. Par rapport au premier semestre 2013, le nombre de comptes clients s'est accru de 7% à 219 177 et la masse sous dépôt a augmenté de 16,9% à 10,83 milliards de francs. Les comptes se répartissent ainsi: 165 143 comptes de trading, 31 451 comptes d'épargne, 1068 comptes d'ePrivate banking et 21 515 comptes eForex.

    Du côté de l'afflux de nouveaux capitaux, c'est une hausse de 20,3% à 456,4 millions qui est observée. Les fonds propres, eux, ont grimpé de 20,3% à 271,3 millions de francs.

    Pour l'ensemble de l'année 2014, Swissquote table sur un chiffre d'affaires de l'ordre de 145 millions de francs. La société espère également un afflux de nouveaux capitaux à hauteur d'un milliard. ATS


    0 0

    Un pont de 1770 tonnes sera ripé petit à petit, ce lundi matin dès 8 heures, pour remplacer le pont de la route de Luins, au-dessus de l'autoroute A1. Le trafic ne devrait pas être perturbé.

    Opération spectaculaire lundi au-dessus de l'A1 Lausanne-Genève: le nouveau pont de la route de Luins (VD), qui enjambe l'autoroute au nord de Gland, sera ripé à son emplacement définitif. Les travaux se dérouleront au-dessus des voies de circulation, qui resteront ouvertes.

    Le nouveau pont a été construit à côté du pont existant, puis monté sur deux pistes de ripage. Lundi matin, dès 8 heures, l'ouvrage de 1770 tonnes sera ripé, c'est-à-dire déplacé en glissant, grâce à un système de rails et de vérins hydrauliques.

    Le nouveau pont se déplacera ainsi d'une vingtaine de mètres, à une vitesse approximative de deux mètres par heure. Il se placera à l'emplacement exact de l'ancien pont, détruit à la fin juin.

    Le trafic sur l'autoroute ne sera pas perturbé par la manoeuvre. Une fois le pont ripé, des travaux de consolidation et de finition seront entrepris sur l'ensemble de l'ouvrage. Le pont terminé pèsera 2000 tonnes. La réouverture de la route de Luins, qui emprunte ce nouveau pont élargi, est prévue pour le 1er septembre.

    Le nouveau pont mesure 35 mètres de long sur douze de large. Il permettra de mieux desservir le nouvel éco-quartier d'Eikenott, au nord de Gland. Le chantier a coûté près de 6,5 millions de francs.


    0 0

    Il aura fallu pas moins de 6 heures et trente minutes pour riper le nouveau pont de la route de Luins à Gland.

    Le ripage du nouveau pont de la route de Luins a parfaitement réussi. Démarrée à 8 heures, l'opération s'est achevée vers 14h30, a indiqué lundi l'ingénieur Sylvain Martin. La circulation sur l'autoroute A1 Lausanne-Genève n'a subi aucune perturbation.

    "Tout s'est très bien passé. Nous avons fini plus vite que prévu", a expliqué l'ingénieur de l'entreprise Perrin Frères SA. Le pont, qui devait être glissé à raison de deux mètres par heure, a finalement parcouru 5 à 6 mètres chaque heure. "Les pistes étaient très bien faites".

    Le nouveau pont de 1770 tonnes et de 35 mètres de long a été déplacé grâce à un système de rails et de vérins hydrauliques. Enjambant l'autoroute, il a pris la place de l'ancien ouvrage détruit à la fin juin. Des travaux de finition et de consolidation seront encore menés ces prochains jours.

    La réouverture de la route de Luins, qui emprunte ce nouveau pont élargi, est prévue pour début septembre. Le but est de mieux desservir le nouvel éco-quartier d'Eikenott, au nord de Gland. Le chantier a coûté près de 6,5 millions de francs.


     
     


    0 0

    L'Ecole Germaine de Staël ouvre en septembre une annexe dans le nouveau quartier Eikenøtt.

    "C'est la petite soeur de l'Ecole Germaine de Staël d'Aubonne" , se réjouit Eve-Marie Grivel, directrice de l'école privée destinée aux enfants et adolescents à haut potentiel. "J'ai été séduite par ce quartier, par la philosophie qui est à l'origine de sa création et que nous prônons dans notre établissement. C'est pour cette raison que j'ai souhaité monter un projet ici. J'espère que cet espace deviendra une bulle de savoirs et d'échanges de connaissances dans le quartier. J'ai à coeur de transmettre les savoirs" , déclare la directrice.

    L'Ecole Germaine de Staël, after & extra school Eikenøtt, située dans le nouvel écoquartier, derrière le magasin Coop, est un espace de 120 m 2 qui se veut multifonctionnel et intergénérationnel, destiné aussi bien aux enfants scolarisés qu'aux adultes. Sa première fonction est d'offrir un soutien scolaire aux élèves à haut potentiel, qui ne suivent pas une école adaptée à leurs besoins spécifiques, mais également à tous les autres. Les jeunes, âgés de 6 à 17 ans, pourront y faire leurs devoirs sous la surveillance de pédagogues ou suivre des cours d'appui, en fonction des besoins de chacun (de 15 à 18h). Après les devoirs, place à des activités récréatives et artistiques, lecture ou jeux d'échec.

    La semaine, avant de recevoir les élèves, mais également le samedi matin, Eve-Marie Grivel souhaite proposer un pannel de cours pour enfants et adultes - art, musique, tai-chi, langue (français langue étrangère, allemand, anglais, espagnol et italien). Autre projet, à affiner encore: offrir des cours aux personnes à mobilité réduite, en fonction de leurs besoins, puisque 20 appartements leur sont destinés dans le quartier.

    Enfin, la directrice aubonnoise compte bien animer la vie de quartier en organisant des expositions et des concerts. Eve- Marie Grivel et une partie de son équipe de pédagogues seront présents lors de l'inauguration officielle du quartier le 23 août. La structure ouvrira ses portes le 1 er septembre. JOL


    0 0

    L'action humanitaire de Harald Pfeiffer fait face à l'Ebola.

    La quinzaine et une valise pour seul bagage, Harald Pfeiffer suit sa mère, veuve d'un mari soldat décédé quelques années auparavant pendant la guerre. Son frère et ses deux grandes soeurs ont déjà quitté le domicile familial lorsque sa mère décide de quitter l'Est pour rejoindre Berlin-Ouest, là où réside sa grand-mère et où l'avenir semble être meilleur. L'adolescent, qui doit abandonner ses amis restés à l'Est, va y poursuivre ses études et y trouver l'amour. La vingtaine à peine, Harald et Karin, rencontrée au sein de l'Eglise adventiste, se disent oui. Cette traversée du rideau de fer sera suivie quelques années plus tard par un nouveau périple, pour des raisons professionnelles cette fois et avec la Suisse comme destination. A Berne d'abord où la famille débarque en 1967, pour enfin arriver à Gland où le physiothérapeute y exercera son métier à la clinique La Lignière jusqu'en 1988, peu avant la chute du Mur.

     

    Le besoin d'ailleurs

     

    Vingt années de service dans la clinique et deux enfants plus tard, Harald Pfeiffer sent le besoin d'une nouvelle expérience, qui prendra la forme d'une année sabbatique. Lorsqu'on lui propose un poste de physiothérapeute en Sierra Leone, le Vaudois d'adoption est quelque peu surpris. "Ce pays me paraissait être en Amérique du Sud, je n'avais aucune idée où il se trouvait", sourit le septuagénaire, installé dans le canapé de l'appartement familial à Gland. Après quelques hésitations - "qu'allais-je faire en Afrique?" - il s'envole finalement pour la Sierra Leone, où il travaillera dans un hôpital avec des lépreux. "J'ai rencontré une misère totale", raconte-t-il avec émotion. Après un séjour de cinq mois, une lettre lui annonce que La Lignière a besoin de lui. Lorsqu'un couple de physiothérapeutes hollandais propose de reprendre sa place en Afrique, Harald Pfeiffer revient en Suisse. Pour le plus grand bonheur de sa famille.

    De retour à Gland, l'Allemand raconte son expérience à ses patients et parvient à récolter l'argent nécessaire à l'achat de médicaments pour Masanga, où ses anciens collègues africains sont dans le besoin. C'est le début de l'action humanitaire du couple Pfeiffer, "car dans l'humanitaire, il faut être deux et ma femme m'a toujours soutenu" tient-il à préciser. Plusieurs projets, sous l'égide de la "Swiss-Sierra Leone Development Foundation" créée en 1996 par les Pfeiffer, sont entrepris, tels que la scolarisation d'enfants pauvres. Puis la récolte de fonds pour la construction d'un hôpital à Magbenteh, inauguré en 2006. "Depuis 26 ans, j'ai dû me rendre 30 à 35 fois en Sierra Leone, dont à sept reprises en voiture pour les laisser sur place" , raconte celui qui a obtenu le passeport du pays africain qu'il porte dans son coeur. D'ailleurs, lorsqu'il évoque la Sierra Leone, ses yeux brillent. Pourtant, le pays, déjà marqué par une terrible guerre civile de 1991 à 2002, est actuellement frappé de plein fouet par le virus Ebola ( lire encadré ).

     

    Situation alarmante

     

    Le prochain voyage de Harald Pfeiffer dans "son" pays est prévu pour le 6 septembre. Le président sierra-léonais a décrété l'état d'urgence sanitaire dans le pays et a appelé les forces de sécurité à mettre en quarantaine les zones touchées. "Il est primordial de prendre des précautions, mais je n'ai pas peur de descendre là-bas et si l'avion décolle, alors moi aussi", annonce le Glandois. Lorsqu'il est l'heure d'évoquer la situation actuelle en Sierra Leone, la voix de notre interlocuteur devient tremblante. "J'ai eu au téléphone plusieurs de nos médecins sur place, c'est la panique et l'hôpital se vide car les gens n'osent plus y venir, de peur d'être contaminés confie Harald Pfeiffer. Une femme médecin de notre hôpital semble avoir les symptômes d'Ebola, nous prions pour elle", ajoute-t-il. Il a hérité la fibre humanitaire de sa mère "qui était toujours très accueillante et humaine" . Sa force, il "l'a trouvée dans la foi" . Les dettes et les soucis s'accumulent, les fonds sont toujours plus difficiles à trouver, "car il y a trop d'organisations humanitaires", mais pas question de se lamenter ou d'avoir des regrets. "Nous sommes bénis, alors c'est sensationnel de pouvoir faire quelque chose pour aider les autres." Et ceux-ci le lui rendent bien, "comme ce policier qui me fit signe de m'arrêter au bord de la route, pas pour m'arrêter mais pour me remercier d'avoir financé son éducation". De quoi lui redonner le sourire et l'espoir.

    Plus de renseignements et dons:

    Swiss-Sierra Leone Development Foundation, tél. 022 364 27 93. karin.pfeiffer@ssldf.com

    www.ssldf.com



    SYLVAIN BOLT

    0 0

    Les personnes qui n'emploient pas très souvent un ordinateur rencontrent des difficultés à en maîtriser tous les secrets. Ils perdent leur temps quant il s'agit d'effectuer des opérations même très simples et passent à côté de nombreux avantages que l'utilisation d'un ordinateur peut leur apporter dans leur quotidien. Et cela aussi bien quand il s'agit de copier ou classer des documents, d'écrire une lettre ou un rapport, de créer un tableau ou un décompte dans lequel il faudra additionner automatiquement des nombres, rechercher des informations, joindre un document ou formater un message électronique... On peut se faciliter un grand nombre de tâches en connaissant quelques trucs ou des astuces.

    Le club Login, association à but non lucratif à Gland, propose une remise à niveau au mois de septembre à travers des formations de quatre soirées de 2 heures durant quatre semaines consécutives. Le prix de participation est modeste: 80 francs pour les quatre modules.

    L'accent est porté sur l'utilisation pratique. Et la formation est axée sur la réalisation d'un projet pratique et utile (carte de voeux illustrée, budget familial, etc, selon les modules). Le premier module de la session porte sur les rudiments de l'utilisation de l'ordinateur personnel et de Windows, le deuxième porte sur Internet, le troisième sur la messagerie électronique et le quatrième sur le traitement de texte.

    De manière régulière, le club Login, créé en 1999, organise ce type de cours. Il collabore de manière régulière avec Vivag, l'association très active pour les seniors à Gland. La formation est organisée en petits groupes (environ 6 personnes). "Les élèves peuvent prendre leur ordinateur, mais, si jamais, l'association met à disposition son matériel" , précise Pierre-Henri Badel, président.

    La première session de cours (découverte et utilisation du PC et de Windows) commence mardi 9 septembre 2014 à 19h au local du club Login, situé dans le nouveau centre communal de Montoly, au rez-de-chaussée (1, ch. de Montoly, 1196 Gland). COM/COPIN

    Plus de renseignements:

    Pour en savoir plus et consulter le programme des cours:

    www.club-login.ch ou www.vivag.ch


    0 0

    Les habitants du quartier, et de la ville, peuvent désormais profiter d'un nouveau "petit" supermarché.

    Bien sûr, tout n'est pas fini, certains bâtiments sont toujours en construction et tous les appartements ne sont pas encore loués. Il n'empêche, avec l'inauguration, hier en fin de journée, du magasin Coop, l'éco-quartier Eikenøtt dévoile un peu plus de son visage définitif. C'est ainsi que chacun des 1200 habitants du quartier pourra enfin étrenner son cabas à roulette, celui-là même mis à disposition par les régies (mais qu'il faudra restituer le jour du départ), pour s'en aller faire les courses.

    Là, dans les quelque 850 mètres carrés, le géant de l'alimentation a décidé, par rapport à son ancien magasin de la rue du Borgeaud (qui a définitivement fermé hier), de privilégier l'assortiment de nourriture. Qui fera la part belle aux produits bios et aux producteurs locaux. Fini donc les rayons d'objets utilitaires. Réduction de la surface de vente oblige (l'ancien magasin faisait 1150 m 2 ), Coop a décidé d'aller à l'essentiel. Le tout avec une gestion de l'énergie, dit-on, des plus poussées.

    Un "petit" magasin de quartier donc, mais pas que. "Nous souhaitons nous différencier du magasin de Vich, qui restera destiné aux gros volumes d'achat" , explique Patrick Angéloz, chef de vente de Coop Suisse romande. Il s'agira tout de même de séduire les Glandois, évidemment, mais aussi les habitants des villages alentour. Pour ce faire, un vaste parking souterrain (dont la première heure sera gratuite) permettra aux chalands d'accéder en voiture.

     

    Pas de boucherie

     

    Mais ce n'est pas Coop, qui a investi 2,8 millions dans ce magasin, qui résoudra la pénurie de bouchers qui touche Gland depuis quelques années: la surface étant jugée trop petite pour proposer un tel service. Qu'importe, Yann Bechtel, gérant du magasin, et sa quinzaine d'employés auront tout de même près de 14 000 produits dans leurs rayons. Une nouvelle vie commence dès aujourd'hui pour Eikenøtt.



    RH

    0 0

    Alors que Coop s'apprête à déménager dans le quartier d'Eikenøtt, le complexe marchand du Borgeaud doit trouver rapidement un locataire, au risque de devenir totalement moribond.

    Le visage commercial du coeur historique de la ville de Gland sera quelque peu chamboulé cet été. En effet, en date du 13 août Coop aura quitté la rue du Borgeaud, pour s'installer dans le gigantesque quartier d'Eikenøtt récemment sorti de terre à l'est de la cité. "Notre magasin au Borgeaud arrivait en bout de course et il était surdimensionné au regard de notre clientèle. Il fallait nous adapter par rapport à l'existence de notre succursale de Vich. La création d'un espace plus petit au sein d'un quartier véhiculant des valeurs écologiques était donc une opportunité à saisir" , justifie Patrick Angéloz, chef de ventes pour la Suisse romande chez Coop. Ce déménagement est historique, puisque le géant orange était établi dans ces locaux depuis l'ouverture du centre en 1988. Le Centre commercial Gland, c'est son nom, était alors le premier du genre à s'implanter dans ce qui fut encore un village; mais voilà bien longtemps qu'il a perdu de sa superbe et le départ de Coop ne fait qu'ajouter au sentiment de lent déclin du site, autrefois florissant (lire encadré).

     

    Des commerçants inquiets

     

    A l'évocation de ce départ, la crainte d'une baisse du chiffre d'affaires le dispute à l'amertume du côté des rares exploitants encore présents dans ces murs. "Je suis inquiète pour la suite, car les gens ont l'habitude de venir boire un verre, après avoir fait leurs courses. Au lieu de créer une nouvelle zone de commerces à Eikenøtt, les autorités auraient mieux fait de renforcer l'existante" , s'emporte Ana Baptista, gérante du Café du Borgeaud depuis dix ans.

    "La vie des commerces est cyclique. Nous l'avons déjà constaté avec le pôle commercial de Cité Ouest, dont les activités se sont beaucoup modifiées depuis son implantation" , tempère le syndic de Gland, Gérald Cretegny. " Mais il est vrai que nous avons été surpris par l'installation de Coop à Eikenøtt." Malgré tout, il avoue partager les préoccupations des commerçants. "Dès l'annonce du déménagement, nous avons manifesté au bailleur notre souhait de maintenir une activité commerciale au Borgeaud, d'autant plus que le site s'y prête particulièrement bien."

    La régie Wincasa, gérante des locaux, assure vouloir trouver une solution le plus rapidement possible et ce avant la fin de l'année. Seulement, celle-ci reste encore à définir: "En accord avec le propriétaire (ndlr. Zurich Assurances possède l'ensemble du complexe, surfaces commerciales et logements compris), nous devons définir l'orientation stratégique que nous comptons donner à ce centre. Nous examinons diverses pistes, afin de déterminer le profil du futur locataire de cette surface. Nous cherchons la formule adéquate pour que l'activité du centre commercial soit la plus viable possible" , indique Sébastien Troutot, directeur de la Gérance ouest chez Wincasa, qui n'en dira pas plus. Aucune option n'est donc exclue, pas même celle de revoir complètement le type d'activités que pourraient héberger ces locaux.

     

    Du supermarché au marché couvert?

     

    Une refonte totale du site, c'est précisément l'idée qui a été évoquée lors de la dernière assemblée générale de l'Association commerciale de Gland (ACG). Détaillant en vins, Jérôme Bender s'est fait l'écho d'une initiative plutôt originale: "Avec les commerçants intéressés, nous pourrions nous servir de l'espace libéré, pour y créer une forme de marché couvert permanent et axé sur des produits du terroir. L'endroit est idéalement placé et dispose d'un parking. C'est une opportunité à saisir!" Le manque de boucherie souvent évoqué par ses clients et le succès de la Halle de Rive à Genève l'ont convaincu de proposer un tel projet. Prudent, il concède toutefois que celui-ci est encore au stade du balbutiement.



    DANIEL GONZALEZ (daniel.gonzalez@lacote.ch)

    0 0

    Les vacances ont démarré mercredi soir, à l'issue des promotions.

    VSB

     

    Option spécifique économie et droit

     

    Aebi Grégory, Affolter Sébastien, Cosandier Melissa, Dénervaud Leah, Fontannaz Annabelle, Furrer Lara, Grangier Julie, Imhof Loane, Lusa Emma, Magalhaes Fernandes Robert, Meireles Araûjo Jessica, Rexhaj Drin, Rezzonico Vincent, Sasselli Fabien, Sylvén Moa, Taratuta Oryna, Vouillamoz Max, Yokoyama Sofya.

     

    Option spécifique italien

     

    Dénervaud Alysée, Fragnière Monia, Laurent Ambre, Londono Carvajal Joan, Magnin Mélinda, Maret Justine, Novovic Ema, Sapin Sarah, Velasco Taïssa.

     

    Option spécifique latin

     

    Albert Sarah, Crescenzio Marco, Freuler Mathilde, Gonzalez Gonzalez Emmy, Heselschwerdt Anna, Ivanyi Virgnia, Müller Nicolas, Reeve Paul, Robert Léo, Salsac Malik, Vouillamoz Jan, Wenger Mélanie, Zürcher Kevin.

     

    Option spécifique mathématiques et physique

     

    Acharya Diksha Lakkoju, Avala Carrasco Garcia Sofia, Bieri Mateo, Bouzenad Mohamed, Brown Kenny, Burri Bryan, Cassabier Alexis, Collin Lu-Ann, Epitaux Lauriane, Garnier Anaëlle, Gorgoni Sebastien, Larrivé Stéphanie, Lecoanet Arnaud, Lopez Daniel, Lusti Sean, Mochon Salomé, Molleyres Alain, Parmelin Johann, Pechkranz Lois, Pepe Lorenzo, Pollak Fabrice, Rakotoarijaonina Noa, Roig Maxime, Rossin Axel, Sasaki Pereira Anna, Stoliartchouk Mikhail, Tran Estelle Mai, Ugo Marie, Borges Heriberto.

     

    VSG

     

    Ayer Océane, Badel Jolan, Baliu Arian, Bexheti Blerta, Bulliard Jérôme, Charpentier Léo, Christen Anthony, Cornaz Antonin, Coutinho Matias Jessica, Cunha Kevin, Curtet Aude, Da Cunha E Silva Mariana, De Francesco Steeve, Deville Olivia, Dincuff Garcia Axelle, Duss Damien, Faria Araujo Bruna, Ferdani Omar, Ferigoule Cyril, Gageiro Gregory, Girardet Yoann, Gomes Cosa Henrique, John Samuel, Kupferschmid Shannon, Lacrabère Onna, Leâo Cardoso Ricardo Alexandre, Lloyd Timothy, Mayor Jessica, Minotti Anaïs, Olivet Mathias, Pralong Jimmy, Réal Cyrielle, Robin Glenn, Schaffner Séphora, Schären Loris, Silva Pires Da Rocha Joana, Soto Ruiz Cristian, Thibault Sarah, Von Glasow Grégory, Wyss Mélanie.

     

    VSO

     

    Baiâo Kathy, Berbati Zoé, Buffat Arnaud, Carbeti Maryline, Cardellino Mathias, Cugliana Claudia, De Monte Noria, De Sousa Caldas Rui César, Dhahri Monia, Dos Santos Sousa Filipe, Fernandes Pereira Fabio, Fiammetta Lorenzo, Gomes Dos Santos Vanessa, Guillod Yasmina, Henriques Ferreira Cheila Daniela, Iseni Jehona, Kutershi Mirjeta, Lezama Kiara, Maillard Pierre, Montel Neto Jose Jorge, Mourâo Ribeiro Dylan, Pereira Cacao Mylena, Rama Elodie, Sanjuan Garcia Cécilia.


    0 0

    Samedi soir, des passants traversant le passage sous-voie de la gare ont eu une drôle de surprise puisque le sol était "tapissé" de plants de cannabis.

    A la Ville de Gland comme auprès de la Gendarmerie, aucune information, pour l'heure, n'a été recueillie. 

    A suivre... 



    RH

    0 0

    Les vacances ont démarré mercredi soir, à l'issue des promotions.

    VSB

     

    Option spécifique économie et droit

     

    Aebi Grégory, Affolter Sébastien, Cosandier Melissa, Dénervaud Leah, Fontannaz Annabelle, Furrer Lara, Grangier Julie, Imhof Loane, Lusa Emma, Magalhaes Fernandes Robert, Meireles Araûjo Jessica, Rexhaj Drin, Rezzonico Vincent, Sasselli Fabien, Sylvén Moa, Taratuta Oryna, Vouillamoz Max, Yokoyama Sofya.

     

    Option spécifique italien

     

    Dénervaud Alysée, Fragnière Monia, Laurent Ambre, Londono Carvajal Joan, Magnin Mélinda, Maret Justine, Novovic Ema, Sapin Sarah, Velasco Taïssa.

     

    Option spécifique latin

     

    Albert Sarah, Crescenzio Marco, Freuler Mathilde, Gonzalez Gonzalez Emmy, Heselschwerdt Anna, Ivanyi Virgnia, Müller Nicolas, Reeve Paul, Robert Léo, Salsac Malik, Vouillamoz Jan, Wenger Mélanie, Zürcher Kevin.

     

    Option spécifique mathématiques et physique

     

    Acharya Diksha Lakkoju, Avala Carrasco Garcia Sofia, Bieri Mateo, Bouzenad Mohamed, Brown Kenny, Burri Bryan, Cassabier Alexis, Collin Lu-Ann, Epitaux Lauriane, Garnier Anaëlle, Gorgoni Sebastien, Larrivé Stéphanie, Lecoanet Arnaud, Lopez Daniel, Lusti Sean, Mochon Salomé, Molleyres Alain, Parmelin Johann, Pechkranz Lois, Pepe Lorenzo, Pollak Fabrice, Rakotoarijaonina Noa, Roig Maxime, Rossin Axel, Sasaki Pereira Anna, Stoliartchouk Mikhail, Tran Estelle Mai, Ugo Marie, Borges Heriberto.

     

    VSG

     

    Ayer Océane, Badel Jolan, Baliu Arian, Bexheti Blerta, Bulliard Jérôme, Charpentier Léo, Christen Anthony, Cornaz Antonin, Coutinho Matias Jessica, Cunha Kevin, Curtet Aude, Da Cunha E Silva Mariana, De Francesco Steeve, Deville Olivia, Dincuff Garcia Axelle, Duss Damien, Faria Araujo Bruna, Ferdani Omar, Ferigoule Cyril, Gageiro Gregory, Girardet Yoann, Gomes Cosa Henrique, John Samuel, Kupferschmid Shannon, Lacrabère Onna, Leâo Cardoso Ricardo Alexandre, Lloyd Timothy, Mayor Jessica, Minotti Anaïs, Olivet Mathias, Pralong Jimmy, Réal Cyrielle, Robin Glenn, Schaffner Séphora, Schären Loris, Silva Pires Da Rocha Joana, Soto Ruiz Cristian, Thibault Sarah, Von Glasow Grégory, Wyss Mélanie.

     

    VSO

     

    Baiâo Kathy, Berbati Zoé, Buffat Arnaud, Carbeti Maryline, Cardellino Mathias, Cugliana Claudia, De Monte Noria, De Sousa Caldas Rui César, Dhahri Monia, Dos Santos Sousa Filipe, Fernandes Pereira Fabio, Fiammetta Lorenzo, Gomes Dos Santos Vanessa, Guillod Yasmina, Henriques Ferreira Cheila Daniela, Iseni Jehona, Kutershi Mirjeta, Lezama Kiara, Maillard Pierre, Montel Neto Jose Jorge, Mourâo Ribeiro Dylan, Pereira Cacao Mylena, Rama Elodie, Sanjuan Garcia Cécilia.


    0 0

    L'association Sol à tous - Tous au sol organise une balade utile destinée à ramasser les déchets abandonnés dans la nature. Le rendez-vous est donné dimanche 31 août à la gare de Gland (13h45), devant le petit magasin. Une promenade de 2 heures à travers la ville et ses environs est programmée. A l'issue de la promenade, les déchets seront déposés dans un container mis à disposition par la commune à la gare. Cette sortie ne nécessite aucune inscription préalable. Enfants et adolescents dès 12 ans, seniors, adultes... Tout le monde est le bienvenu. COM


    0 0

    Un véhicule a perdu son chargement sur l'Autoroute A1 entre Gland et Rolle sur la chaussée Lac. La prudence s'impose!

    Un véhicule a perdu son chargement ce mercredi après-midi aux alentours de 14h30 sur la chaussée lac de l'Autoroute A1, entre Gland et Rolle. Soyez vigilants à l'approche de ce secteur!

     



    SAS

    0 0

    Le jeudi 11 septembre, la politique glandoise reprendra ses droits avec la rentrée du Conseil communal. Avec une particularité: l'accession à la présidence de Maurizio di Felice, quadragénaire, et chef de groupe des UDC. Une première donc, puisque le parti arrivé dans l'assemblée politique glandoise en 2011 n'a pas encore connu les joies du perchoir. Et si l'homme fait l'unanimité - il est un «enfant» de Gland -, les aptitudes de son parti à tenir son rang seront scrutées. Rencontre.

    Maurizio di_Felice, vous êtes conseiller communal depuis 2011. Pourquoi avoir commencé cette aventure?

    En fait, je me suis toujours intéressé à la politique, même quand j’étais enfant. J’aimais savoir ce qu’il se passait dans ma ville. Mais ma profession - cuisinier - m’a fait voyager dans la Suisse, notamment à Zurich et Berne. Je ne suis revenu à Gland qu’en 1992. Et c’est en 2007 que je suis entré dans la section cantonale de l’UDC.

     

    Et puis sont arrivées les élections communales de 2011...

    Exactement. La section cantonale cherchait à créer un groupe à Gland. Alors j’ai été contacté. En fait, tout cela s’est fait très rapidement.

    Une première élection qui se passe relativement bien.

    Oui, nous avons obtenu 7 sièges. Un chiffre que nous souhaitons en tout cas maintenir en 2016, mais surtout voir progresser.

    Lors des premières séances, votre groupe a été passablement chahuté par quelques «vieux de la vieille».

    Oui, c’est vrai. Notamment lors de la séance d’installation. Puis quelques remarques durant les séances du Conseil. Mais ça c’est assez vite tassé. De fait, il n’y a pas eu de véritable conséquence. Et puis nous l’avons dit d’entrée de jeu: cette première législature, on y est pour apprendre les us et coutumes et les mécanismes politiques. Et nous apprenons. A titre personnel, j’ai été scrutateur, puis siégé dans la Commission des finances. Et désormais la présidence.

    Retrouvez l'article intégral jeudi dans votre journal. 



    rh

    0 0
  • 08/27/14--14:31: Premier test pour l'UDC
  • Maurizio Di Felice accède à la présidence du Conseil communal pour une année. Une "première" pour son parti arrivé en 2011.

    rhaener@lacote.ch

    Le jeudi 11 septembre, la politique glandoise reprendra ses droits avec la rentrée du Conseil communal. Avec une particularité: l'accession à la présidence de Maurizio Di Felice, quadragénaire, et chef de groupe des UDC. Une première, donc, puisque le parti, arrivé dans l'assemblée politique glandoise en 2011, n'a pas encore connu les joies du perchoir. Et si l'homme fait l'unanimité - il est un "enfant" de Gland -, les aptitudes de son parti à tenir son rang seront scrutées. Rencontre.

    Maurizio Di Felice, vous êtes conseiller communal depuis 2011. Pourquoi avoir commencé cette aventure?

    En fait, je me suis toujours intéressé à la politique, même quand j'étais enfant. J'aimais savoir ce qui se passait dans ma ville. Mais ma profession - cuisinier - m'a fait voyager dans toute la Suisse, notamment à Zurich et Berne. Je ne suis revenu à Gland qu'en 1992. Et c'est en 2007 que je suis entré dans la section cantonale de l'UDC.

    Et puis sont arrivées les élections communales de 2011...

    Exactement. La section cantonale cherchait à créer un groupe à Gland. Alors, j'ai été contacté. En fait, tout cela s'est fait très rapidement.

    Une première élection qui se passe relativement bien.

    Oui, nous avons obtenu sept sièges. Un chiffre que nous souhaitons en tout cas maintenir en 2016, mais surtout voir progresser.

    Lors des premières séances, votre groupe a été passablement chahuté par quelques "vieux de la vieille".

    Oui, c'est vrai. Notamment lors de la séance d'installation. Puis, quelques remarques durant les séances du Conseil. Mais ça c'est assez vite tassé. De fait, il n'y a pas eu de véritable conséquence. Et puis nous l'avons dit d'entrée de jeu: cette première législature, on y est pour apprendre les us et coutumes et les mécanismes politiques. Et nous apprenons. A titre personnel, j'ai été scrutateur, puis ai siégé dans la Commission des finances. Et désormais la présidence.

    Votre parti a été bousculé, mais votre élection à la présidence a été bien soutenue. Qu'en pensez-vous?

    Oui, c'est vrai. Je suis un Glandois de toujours, je participe à la vie commune. Peut-être que la personne est passée avant le parti. Dans tous les cas, je l'ai pris comme un signal plutôt positif.

    Vous arrivez au perchoir à un moment où les gros dossiers arrivent...

    Effectivement. Il faudra voter la piscine couverte, peut-être le passage sous-voie à la gare. Et puis sans doute une hausse des impôts. Oui, je m'attends à de longues séances et à des débats parfois tendus.

    Sans oublier que, à 15 mois des élections communales de 2016, chacun des conseillers et conseillères voudra se faire remarquer par diverses interpellations, motions et des postulats...

    Effectivement, il risque d'y avoir une vraie augmentation des propositions émanant du Législatif. Mais cela ne me pose pas de problème. C'est le jeu politique.

    Il arrive parfois que le poste de président serve de tremplin pour une accession à la Municipalité. Y pensez-vous?

    J'aimerais beaucoup que l'UDC puisse proposer un candidat en 2016, mais ce sera sans doute trop tôt. Et puis, il faut avoir une profession qui le permet. Pour ma part, ça me semble compliqué. Sans omettre que j'ai encore besoin d'apprendre. Pour l'UDC, le plus important sera de consolider sa présence au Législatif, surtout avec la venue annoncée d'un nouveau groupe des Verts libéraux. Car actuellement, il nous est difficile de pouvoir siéger dans toutes les commissions vu notre petit effectif. Nous devrons nous étoffer pour entrer totalement dans les affaires glandoises.



    PROPOS RECUEILLIS PAR RODOLPHE HAENER

older | 1 | .... | 15 | 16 | (Page 17) | 18 | 19 | .... | 29 | newer