Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

La Côte - News

older | 1 | 2 | (Page 3) | 4 | 5 | .... | 29 | newer

    0 0

    Les oeuvres de l'artiste David Perez, alias "Sid", sont visibles jusqu'à ce vendredi à l'atelier du "P'tit Peintre".

    Du graffiti en galerie. Oui mais du graffiti sur toile. David Perez, "Sid" de son nom d'artiste, vient de sauter le pas. " J'ai eu l'opportunité d'exposer du 8 au 19 juillet au " P'tit Peintre " à Gland. C'était un peu une manière de fêter mes dix ans de graff ", explique le jeune homme de 28 ans.

    Mais le Glandois, pâtissier-confiseur de formation, a une autre passion. " J'ai commencé à faire du rap en 1998 avant de me lancer dans le graff en regardant des magazines ", raconte-t-il. Equipé de bombes de peinture, il essaime son "blaz" (pseudo) et ses "flops" (lettrages en bulles) sur les murs de la région. Et si l'artiste s'exprime aujourd'hui sur toile, c'est aussi parce qu'il a bien retenu la leçon. " Je me suis fait pincer plusieurs fois par la police et ça m'a coûté très cher. J'ai préféré arrêter le tag ", confie-t-il. Les premières commandes arrivent. Elles émanent de particuliers mais pas seulement. " J'ai réalisé des dessins pour le Giron des Jeunesses de Begnins ", indique-t-il. Pas question pour autant d'abandonner le bitume. " La Commune a mis un mur de 50 mètres à ma disposition où je peux m'exprimer en toute légalité ", sourit le graffeur.

    De 30 à 2000 francs

    Côté apprentissage, David Perez se définit comme un autodidacte: " J'ai appris sur le tas, en regardant faire des graffeurs ou en visionnant des vidéos. La technique vient en pratiquant. " Son style? " Je n'en ai pas vraiment , avoue-t-il. J'aime presque tout: le spray, le stylo-pinceau, l'aérographe... je pense que je me cherche encore un peu. " En témoigne la trentaine de toiles choisies pour l'exposition: des personnages de dessin animé aux lettrages 3D en passant par des paysages lunaires, les oeuvres de Sid varient à l'infini. Et leur prix aussi: de 30 à 2000 francs. " C'est un peu à la tête du client , plaisante-t-il avant d'ajouter: certains tableaux sont chers parce que j'ai de la peine à les voir partir. Je suis un grand sentimental. "

    C'est aussi ce qui l'a poussé à passer du mur à la toile. " Les fresques finissent toujours par disparaître. Je voulais garder une trace de mon travail ", justifie Sid. Ce qui change? " La minutie apportée au dessin. Le format est complètement différent, ce qui m'oblige à passer entre 2h et 10h par toile ", explique-t-il.

    Et le résultat en vaut la peine. " Les gens sont surpris de voir tout ce qu'on peut faire avec un spray. Ils se rendent compte que le graffiti, ce n'est pas que du vandalisme, c'est aussi de l'art ", se défend David Perez face à ceux qui lui reprochent d'avoir " vendu son âme " de graffeur. Un engouement qui dépasse les frontières du canton. " On m'a proposé d'exposer dans une galerie de Fribourgs ", s'enthousiasme-t-il. CLEMENTINE PRODOLLIET


    0 0

    Une "mode" réjouissante que celle de l'avènement des festivals extérieurs de cinéma dans la région. Ainsi, ce week-end, les cinéphiles avaient le choix entre le Ciné-Air de Rolle et l'Open Air de Gland. Mais, la pluie passant par là, les cinéphiles ont probablement préféré rester chez eux pour regarder une rediffusion de l'inspecteur Columbo sur une chaîne du câble. C'est tout du moins la conclusion à tirer de la fréquentation des quatre soirs (de mercredi à samedi) du rendez-vous glandois.

    Ça roule à Rolle

    Hormis samedi, où plus de 1600 personnes sont venus voir le film "Moi, moche et méchant", les chaises seront restées majoritairement inoccupées. "Nous sommes totalement tributaires de la météo, explique la municipale de la culture Isabelle Monney. Mais cette météo ne va pas remettre en question la tenue d'une nouvelle édition l'an prochain. Il reste des signaux positifs: il a suffi de constater que, samedi soir, avec le retour du beau temps, les gens sont venus en nombre pour se rendre compte que la population attend cet événement."

    La pluie de ces derniers jours aura également joué des tours au Ciné-Air de Rolle. Mais, le festival ayant duré trois semaines, les trois jours d'orages n'auront, au moment de boucler les comptes, qu'une conséquence minime. "Le résultat est bien au-delà de nos espérances, commente Jean-Pierre Grey, coordinateur du Ciné-Air. Nous avons été magnifiquement accueillis par les autorités de Rolle et avons recueilli d'excellents échos de la part du public. La fréquentation, au-delà de ces trois jours de pluie, a oscillé entre 250 et 450 personnes par soir. Sur trois semaines, c'est excellent!"

    De là à dire que les Rollois pourront à nouveau bénéficier de cette offre l'an prochain, il n'y a qu'un pas que Jean-Pierre Grey ne veut pour l'heure pas franchir: "La Municipalité nous a déjà approchés pour réitérer l'événement. Mais nous devons d'abord voir comment cela va se dérouler à Nyon." Oui, à peine terminé, le Ciné-Air va s'octroyer une semaine de vacances (Paléo oblige) avant de repartir pour trois semaines de toiles à Nyon. RH

    Ciné-Air de Nyon:

    Du 30 juillet au 25 août, à la promenade d'Italie.

    www.cineair.ch


    0 0

    La municipale socialiste a décidé de privilégier sa carrière professionnelle. Florence Golaz quittera aussi le Grand Conseil.

    rhaener@lacote.ch

    La géographe et météorologue socialiste de Gland Florence Golaz, membre de la Municipalité depuis 2006, a annoncé jeudi soir son désir de quitter ses mandats politiques. En cause, une réorientation professionnelle: Florence Golaz, 44 ans, sera l'adjointe au chef du Service du développement territorial (SDT) du canton de Vaud. Sa place sera donc à repourvoir lors d'une élection complémentaire.

    Votre décision en surprend plus d'un...

    A vrai dire, c'est arrivé très vite. J'ai eu la confirmation jeudi matin. C'est un choix difficile. Il y a beaucoup d'émotion.

    Vous aviez envie de vous relancer dans une carrière professionnelle?

    Oui. J'ai commencé la politique relativement tôt et ça faisait un petit moment que je pensais à ne pas briguer un troisième mandat consécutif. Je suis actuellement au milieu de ma carrière et le désir de reprendre une activité professionnelle à plein-temps l'a emporté.

    Avez-vous pensé à cumuler les fonctions?

    Je pourrais, légalement, siéger au Grand Conseil tout en travaillant pour le SDT, mais la charge de travail sera trop grande. Je souhaite m'engager pleinement dans cette nouvelle fonction tout en conservant une certaine qualité de vie, d'autant que j'ai deux enfants de 10 et 3 ans.

    Ces deux dernières années n'ont pas été des plus harmonieuses pour vous au sein d'une Municipalité dans laquelle vous étiez seule représentante de la gauche, sur sept membres...

    Ça a commencé avec ma rupture de collégialité lors du référendum sur les rives publiques. Puis, il y a eu l'initiative populaire sur la gratuité des bus pour les écoliers où, en tant que municipale, je me suis retrouvée opposée à mon parti.

    A ce moment-là, vous ne pouviez pas faire une seconde rupture de collégialité...

    Non, et ce n'était pas mon intention... Je pense que cette initiative aurait dû être un levier pour augmenter les subventions. Ce qui me reste un peu en travers de la gorge, c'est de n'avoir pas pu présenter un contre-projet.

    On dit que vous ne faites pas la bise à vos collègues municipaux...

    Je ne fais jamais la bise quand je travaille! Au début, j'étais la seule femme à l'Exécutif, serrer la main était une manière de me mettre d'égal à égal. J'ai certainement hérité de cela lorsque j'ai travaillé pour la Confédération (ndlr: à Météo Suisse) , où tout le monde se serrait la main, même les femmes entre elles.

    Ce siège remis en jeu, la gauche saura-t-elle le conserver?

    Ce siège revient naturellement à la gauche et il serait malvenu qu'il soit contesté, d'autant plus qu'il se situe en deçà de la proportion des forces de gauche au Conseil communal.

    Et l'avenir de Gland, comment le voyez-vous?

    Il y a de nombreux défis avec l'arrivée de nouveaux habitants. Il faut accompagner la croissance par la construction d'infrastructures. C'est une phase très stimulante et, bien qu'il y ait eu quelques désaccords politiques, je dois avouer que l'équipe municipale en place fonctionne bien. Même si tout n'a pas toujours été facile: l'arrivée de deux femmes supplémentaires en 2011 a tout de même apporté une bouffée d'air bienvenue. J'espère également que le Programme des investissements régionaux sera accepté, car nous en avons tous besoin.


    0 0

    Dès la rentrée, les élèves de Mauverney auront leur propre réfectoire. Quelque 140 repas seront servis tous les midis, ils seront préparés dans les cuisines de Grand-Champ.

    " Les demandes d'inscription se sont multipliées ces dernières années. Il devenait nécessaire de créer de nouvelles places pour le parascolaire ", explique Christine Girod. C'est chose faite depuis l'installation, en mai dernier, d'un bâtiment communal modulaire dans le complexe scolaire de Mauverney. Son coût: 3,5 millions de francs. Visite guidée avec la municipale des écoles.

    " Le rez-de-chaussée accueille le réfectoire de la Pause Déj' où, dès la rentrée prochaine, plus de 140 repas (lire encadré) seront servis tous les midis à l'exception du mercredi. " Jusqu'à présent, et faute de place, les 72 petits de la Pause Déj' devaient se débrouiller avec les moyens du bord. " Une partie des enfants se restaurait dans des salles de classe tandis que l'autre était emmenée en bus au Collège de Grand-Champ, entraînant ainsi de nombreuses complications ", indique la municipale. Dans l'assiette des écoliers en revanche, pas de gros changements en vue. " Les plats seront toujours préparés par le groupe DSR à Grand-Champ, mais ils seront livrés froids avant d'être réchauffés dans les cuisines de la Pause Déj' ", précise Christine Girod, ajoutant que ce procédé permettra d'améliorer la qualité des mets servis.

    Une cantine trois étoiles

    Autre petit plus: derrière le réfectoire, les bambins , âgés de 4 à 10 ans, pourront profiter d'un espace de détente et de jeu aux couleurs chatoyantes. " Nous avions à coeur d'offrir des espaces de qualité pour la petite enfance ", souligne la municipale. Mais tout cela a un coût: 16 francs par jour et par enfant, soit 9 de plus que pour la cantine de Grand-Champ. " Cette différence de prix s'explique par la présence d'animatrices qui assureront une prise en charge de 11h50 à 13h25 et par l'absence de subventionnement communal ", justifie-t-elle. Et pourtant, la formule semble avoir déjà séduit les parents. " Les inscriptions ont été littéralement prises d'assaut pour la rentrée", assure l'élue, consciente que ces nouvelles places ne suffiront sans doute pas à combler la hausse des demandes ces prochaines années.

    Le nouveau bâtiment de Mauverney, dont l'inauguration est prévue pour septembre, pourrait encore accueillir un étage supplémentaire. Mais la Municipalité étudie également d'autres projets d'aménagement: une cantine scolaire du même moule pourrait ainsi voir le jour dans l'enceinte des Perrerets, où 48 enfants de la Pause Déj' sont encore contraints de dîner en classe. " Avec l'augmentation du nombre d'élèves il n'est plus possible de condamner des salles pour le repas de midi ", insiste Christine Girod.


    0 0

    Les fortes rafales de vent ont causé d'importants dégâts à certains endroits de la région.

    Au lieu-dit du Petit-Eysins, route et chemins sont encore jonchés d'un hachis de feuillages. L'orage, la grêle et les fortes rafales de vent qui se sont abattus la nuit de mardi à mercredi, vers 3 heures du matin, ont causé de nombreux dégats dans le bourg et le domaine d'Avenex en particulier. "Tous les toits ont été touchés. La baie vitrée est volée en éclats, une cinquantaine d'arbes ont été déracinés et les cultures sont anéanties", se désole Pierre Heuberger, propriétaire de l'exploitation agricole qui a déjà fait les frais de la grêle le 20 juin et le 28 juillet derniers.

    A Gland, le domaine de La Lignière a lui aussi été particulièrement touché par l'épisode orgageux du 7 août. "Plusieurs arbres sont tombés dans le parc et la forêt alentours. Les chemins d'accès ont dû être fermés jusqu'à nouvel ordre", signale Antoine Bussy, porte-parole de la Clinique. Les pompiers du CRDIS Nyon sont par ailleurs intervenus à une dizaine de reprises, essentiellement pour des chutes d'arbres et des caves inondées. Dans la région de Morges en revanche, aucun dégât notable n'est à déplorer.

    Lire la suite dans notre édition de jeudi


    0 0

    Ce matin vers 7 heures, deux voitures se sont heurtées à la hauteur de Gland. Ils se sont arrêtés sur la bande d'arrêt d'urgence quand soudain, l'un des véhicules a pris feu, incendiant le second.

    Ce matin, vers 7 heures, un automobiliste de 19 ans habitant la région a heurté une voiture immatriculée au Luxembourg sur l'autoroute, à la hauteur de Gland, en direction de Lausanne. Les deux véhicules se sont garés sur la bande d'arrêt d'urgence pour discuter. Quand soudainement la voiture luxembourgoise appartenant à un couple de 60 ans a pris feu, les flammes ont touché le second véhicule. Les deux automobiles sont entièrement détruites. Les pompiers sont intervenus pour éteindre l'incendie. Le conducteur luxembourgeois souffre de légères contusions provoquées lors de la collision. Le couple luxembourgeois a pu rapidement contacter son assurance qui a pris en charge son voyage de retour. 


    0 0

    Le feu a pris à la suite d'une collision, personne n'a été blessé.

    Hier, vers 7 heures, un automobiliste de 19 ans habitant la région a heurté une voiture immatriculée au Luxembourg sur l'autoroute, à la hauteur de Gland, en direction de Lausanne.

    Les deux véhicules se sont garés sur la bande d'arrêt d'urgence pour discuter de l'accident. Quand soudainement la voiture luxembourgeoise appartenant à un couple de 60 ans a pris feu, les flammes ont touché le second véhicule. Les deux automobiles sont entièrement détruites. Les pompiers sont intervenus pour éteindre l'incendie.

    Le conducteur luxembourgeois souffre de légères contusions provoquées lors de la collision. Le couple luxembourgeois a par ailleurs pu rapidement contacter son assurance qui a pris en charge son voyage de retour .


    0 0

    Ancien président du Conseil communal, cet informaticien est l'unique candidat à s'être présenté pour succéder à Florence Golaz.

    Une nouvelle tête fera son apparition au sein de la Municipalité dès la rentrée. Celle du socialiste Michael Rohrer, informaticien de 49 ans et ancien président du Conseil communal.

    Une élection complémentaire était prévue pour le 22 septembre afin de pourvoir le Dicastère de la Sécurité et des Transports laissé vacant par Florence Golaz. Mais le Glandois étant le seul candidat à s'être présenté, il a été élu tacitement. 

    Retrouvez dans notre édition de mardi notre portrait du nouveau municipal.

     


    0 0

    Le chantier s'ouvre aujourd'hui et durera plus de trois mois.

    Dès ce jour, les CFF démarrent la transformation complète des guichets de vente voyageurs. Pendant les 14 semaines de travaux, ceux-ci sont installés dans un pavillon extérieur. Les prestations et horaires restent inchangés.

    Le rez-de-chaussée du bâtiment voyageur sera rénové et réaménagé. La nouvelle surface comprendra, entre autres, une zone de vente moderne avec guichets ouverts, un automate à billets supplémentaire et un nouveau bancomat.

    Dès la fin des travaux, les heures d'ouverture des guichets seront étendues et les clients pourront également profiter des nouvelles offres de l'agence de voyages CFF.

    Dans le cadre de la rénovation, la salle d'attente actuelle, vétuste et située à l'intérieur du bâtiment voyageurs, sera fermée. Construites en 2010 sur les quais 1 et 2, les deux salles d'attente extérieures restent disponibles pour la clientèle.

    La mise en service de la nouvelle surface de vente est prévue pour décembre 2013 . COM


    0 0

    Le socialiste Michael Rohrer remplacera Florence Golaz à l'Exécutif.

    aguenot@lacote.ch

    Une nouvelle tête s'apprête à faire son apparition au sein de l'Exécutif: celle du socialiste Michael Rohrer, qui remplacera Florence Golaz, socialiste elle aussi, à la tête du dicastère de la Sécurité et des Transports publics. La Municipale, en fonction depuis près de sept ans, avait annoncé fin juin sa démission. Une décision soudaine prise pour des motifs professionnels. Son objectif étant en effet de donner une nouvelle orientation à sa carrière. Ainsi, les candidats souhaitant lui succéder avaient jusqu'à hier midi pour s'annoncer en vue des élections complémentaires du 22 septembre.

    Comme pressenti depuis quelques semaines, Michael Rohrer a été le seul candidat présenté par le Parti socialiste glandois. Mais aussi le seul candidat tout court. Il a ainsi été élu tacitement. Aucune date n'a encore été précisément arrêtée mais son entrée en fonction devrait avoir lieu dans le courant du mois de septembre.

    Du Conseil à l'Exécutif

    Michael Rohrer n'est pas un inconnu dans le paysage politique glandois. Agé de 49 ans et habitant la commune depuis 17 ans, cet informaticien rattaché à l'Ecole d'ingénieurs de Changins est entré au Conseil communal en 2006. Il y a notamment oeuvré en tant que président durant l'année écoulée. Se présenter à la Municipalité était donc la suite logique de son engagement. " J'y réfléchissais depuis un moment déjà , explique-t-il. J'avais hésité à me présenter aux élections il y a deux ans et demi. Finalement, j'y avais renoncé. Ma situation familiale ne me le permettait pas à ce moment-là. "

    Marié et père de trois filles de 17, 13 et 7 ans, Michael Rohrer a ainsi "sauté" sur l'occasion lorsqu'il a appris la démission de sa collègue de parti. " Je ne m'attendais pas du tout à ce départ mais j'avais l'intention de me présenter aux prochaines élections municipales. " En héritant de la Sécurité et des Transports, le Glandois se dit très satisfait. " Pour moi, c'est le poste idéal pour mettre le pied à l'étrier ", assure-t-il. Le "job" semble plutôt bien correspondre au profil du politicien. Ce dernier est en effet particulièrement impliqué dans la promotion de la mobilité douce.

    Dossiers sensibles

    La politique du logement, l'accueil de l'enfance ou encore l'aménagement du territoire (dont l'accès aux rives du lac) figurent parmi les autres chevaux de bataille du socialiste. Une fois entré en fonction, se saisira-t-il d'un dossier en priorité? " Il s'agit de sujets très intéressants mais aussi sensibles. Avant de m'attaquer à quoi que ce soit, je vais commencer par prendre connaissance des dossiers ", tempère-t-il.

    Deux thématiques semblent toutefois retenir en premier lieu l'attention de l'élu: la réorganisation des pompiers (faut-il passer d'un regroupement de 4 communes à 7?) et l'évaluation du réseau de transports publics. " Plusieurs lignes ont été modifiées. Il s'agira de faire un bilan auprès de la population à ce sujet ", affirme-t-il.

    Pour mener à bien sa nouvelle fonction politique, Michael Rohrer a bien entendu dû demander un allégement de son temps de travail. " Mon patron a été très compréhensif et m'a même encouragé à me lancer. Mon temps de travail à Changins devrait ainsi passer à 60%. Quant à mon activité au sein de la Municipalité, elle devrait représenter l'équivalent d'un 50%. "

    Quant à sa vie familiale, elle ne devrait pas être trop chamboulée par son accession à la Municipalité. " Cela fait plusieurs années que je suis engagé politiquement. Ma femme est également très impliquée dans le milieu associatif. Tout le monde sait comment ça se passe. La famille est donc déjà bien habituée! "


    0 0

    Idéalement située entre le centre sportif et la piste Vita, la nouvelle aire de pique-nique est ouverte au public de 7h à minuit.

    La nouvelle devrait ravir les amateurs de grillades. A Gland, une aire de pique-nique tout confort vient d'être mise à disposition de la population sur quelques 3000 mètres carrés de verdure. Un petit coin de paradis qui prend place sur le terrain de l'ancien chenil de Ruyre, propriété de la Commune depuis 2010.

    "Le but était d'offrir à la population un lieu de détente", explique Thierry Genoud, municipal de l'urbanisme. Une occasion en or pour la Ville, soucieuse d'adapter ses infrastructures à l'évolution de sa population.

    Lire la suite dans notre édition papier de mardi.


    0 0

    Le petit coin de paradis se niche entre le centre sportif et la piste Vita.

    La nouvelle devrait ravir les mordus de grillades. A Gland, une aire de pique-nique, idéalement située entre le centre sportif et la piste Vita, vient d'ouvrir au public. Tables, bancs et grils sont désormais à disposition de la population de 7h à minuit sur les quelques 3000m 2 de verdure qui jouxtent la forêt. Un petit coin de paradis qui prend place sur le terrain de l'ancien chenil de Ruyre, propriété de la Ville de Gland depuis 2010. " La parcelle se trouve sur la commune de Luins mais nous en avons fait l'acquisition en achetant le chenil aux enchères. Le but était d'offrir à la population un lieu de détente et de rencontres au coeur des bois ", explique Thierry Genoud, municipal de l'Urbanisme.

    Une occasion en or pour la Commune, soucieuse d'adapter ses infrastructures à l'évolution de sa population. " Nous projetons également d'offrir un nouveau refuge communal aux Glandois, toujours plus nombreux ", poursuit-il. Seul hic, l'accès à cet écrin de verdure reste interdit aux véhicules. " L'idée est de préserver le lieu du trafic de voiture. Deux parkings sont à disposition au stand de tir et au centre sportif. Nous espérons vivement que les pique-niqueurs respecteront cette limitation ", souligne le municipal. Des autorisations spéciales pourront toutefois être délivrées pour les personnes à mobilité réduite.


    0 0

    L'intersection de la route Suisse a déjà fait de nombreuses victimes.

    L'un des points noirs du réseau routier glandois est en passe de disparaître. Après plusieurs années d'atermoiements, un giratoire devrait bientôt être aménagé au croisement de la Bergerie. " Le projet est pratiquement terminé. Les services cantonaux ont donné leur accord dans les grandes lignes. J'espère pouvoir présenter un préavis avant la fin de l'année ", se réjouit Olivier Fargeon, municipal des routes. Le dossier, un véritable serpent de mer, traîne dans les tiroirs de la Ville depuis plus de trois ans. C'est que le carrefour, qui relie l'avenue du Mont-Blanc à la route Suisse, est jugé particulièrement dangereux par les autorités communales. Une motocycliste y a perdu la vie en 2010 et 16 autres accidents avec blessés ont eu lieu à cette intersection ces dix dernières années.

    D'autres priorités

    On aurait donc pu s'attendre à la réalisation d'un giratoire dans de plus brefs délais. " Ce type de dispositif permet de fluidifier le trafic, d'une part, et de sécuriser le secteur en réduisant la vitesse des véhicules (sur un tronçon limité à 80 km/h), d'autre part ", explique Philippe Jaton, porte-parole de la police vaudoise. Des ronds-points ont bien été construits le long de la route Suisse, à la sortie du Garden centre Schilliger puis à l'angle du garage Peugeot. Mais pas encore à la Bergerie, où plus de 15 000 véhicules transitent chaque jour. " Nous envisagions d'en installer un à ce carrefour mais nous avions d'autres priorités en matière d'amélioration routière. Les deux nouveaux giratoires installés le long de la route Suisse étaient nécessaires ", assure le municipal en charge du dossier . CLEMENTINE PRODOLLIET


    0 0

    Le Théâtre Bulle présente "La Pierre" de Marius Von Mayenburg ce week-end à Vich et la semaine prochaine à Gland. Mise en scène par Delphine Barut, cette oeuvre revisite 60 ans de l'histoire de l'Allemagne à travers les périples d'une famille et leur attachement à leur maison durant des périodes critiques de l'histoire. Le thème de la pièce évoque des pages sombres de l'histoire, le travail de mémoire, d'oubli et de reconnaissance

    Le Théâtre Bulle est né au sein de la famille Barut en 1993. Catherine Barut, mère de trois enfants et passionnée de théâtre, constitue une troupe composée de jeunes comédiens. En 2002, après une pause de six ans, les acteurs devenus adolescents remontent sur scène avec une pièce basée sur la comédie musicale "Mayflower". COM

    Représentations

    A Vich, en plein air, samedi 24 août à 20h et dimanche 25 août à 17h, Ferme de Flonzel, 7 route de Luins. Annulé en cas de pluie, chapeau à la sortie. Du 28 août au 1 er septembre à 20h, excepté dimanche à 18h, salle communale de Gland, Grand-Rue 38. Réservations www.theatrebulle.ch et 079 676 38 80


    0 0

    Pas de bouleversement en vue dans les établissements de la Ville.

    info@lacote.ch

    A Gland, l'arrivée des 200 premiers habitants du quartier d'Eikenøtt aurait pu engendrer un afflux de nouveaux élèves pour la rentrée 2013. D'autant plus que la nouvelle Loi sur l'enseignement obligatoire (LEO), en vigueur depuis le 1 er août, impose aux parents d'inscrire leur petit aux deux années d'école d'enfantine dès l'âge de 4 ans. Contre toute attente, ces changements n'ont que peu d'impact sur les établissements scolaires glandois. " Pour cette rentrée, nous attendons 829 élèves, soit 34 de plus qu'en 2012. En tout, seules deux nouvelles classes ont été créées, dont une pour les deux premières années d'enfantine (ndlr: devenues les 1P et 2P) ", précise Bettina Thuillard, directrice du primaire. La raison? " Plus de 90% des parents inscrivaient déjà leur enfant aux deux années d'école enfantine. Et les nouveaux habitants du quartier d'Eikenøtt n'ont amené qu'une poignée d'élèves supplémentaires ", explique-t-elle.

    Malgré l'ampleur des changements prévus dans l'enseignement, le nombre d'instituteurs reste lui aussi relativement stable. " Nous avons embauché dix nouveaux maîtres de classe, ce qui ne change pas grand-chose par rapport à 2012 ", affirme Bettina Thuillard. Une situation qui pourrait bien être amenée à changer dans un futur proche. Mais la directrice, en poste depuis mars 2013, reste sereine. " Nous disposons d'une marge de manoeuvre qui nous permet d'absorber l'arrivée de nouveaux élèves pour quelque temps encore. Mais la Municipalité se penche sur l'agrandissement des locaux scolaires ", assure-t-elle.

    Du côté du secondaire

    Chez les plus grands, le développement urbanistique de la ville n'a pas entraîné de débordement. Au contraire. " Nous nous préparons à accueillir 710 élèves, soit dix de moins que l'an dernier , relève Jean Delacrétaz, directeur du secondaire. Cette tendance à la baisse n'est pas nouvelle. Et pourtant, la population glandoise ne cesse d'augmenter. Difficile de trouver des explications ". Les changements introduits par la LEO n'auront pas non plus d'impact sur la carte scolaire 2013-2014. " Nous avons simplement dû réorganiser la distribution des matières entre les enseignants. Mais la structure des établissements reste inchangée ", conclut-il.


    0 0

    Le système d'échange local (SEL) de Begnins permet de troquer des biens et services sans débourser un seul sou.

    Du covoiturage contre une heure de yoga? Un cours d'informatique en échange de travaux au jardin? Depuis l'arrivée du SEL (système d'échange local) à Begnins, les habitants de la région peuvent troquer leurs biens et compétences sans dépenser un franc. Une arme anticrise qui n'en fini par de faire des adeptes. Mode d'emploi.

    "Les personnes effectuent leurs échanges par le biais d'une plateforme internet en indiquant ce qu'elles peuvent offrir et ce dont elles ont besoin", explique Francine Lefèbvre, co-présidente de l'association. Les membres s'accordent sur le prix, exprimé en unité de valeur virtuelle. Une heure passée à donner un coup de main vaut par exemple 60 grains, comptabilisés sur le compte des utilisateurs. 

    Des risques d'abus? "La transparence des échanges sur internet reste encore notre meilleur garde-fou contre les petits trafics", affirme la Begninoise. Ce n'est pas tout.

    Lire la suite dans notre édition papier de mardi.

     


    0 0

    Juché dans les vignes begninoises, le domaine de Serreaux-Dessus accueille trois jours durant la crème de la musique indépendante.

    Comme chaque année depuis 9 ans, c'est au JVAL que revient la tâche de clore la saison des festivals dans la région. Dès jeudi, groupes helvétiques et européens se produiront sur les planches du domaine viticole de Serreaux-Dessus.

    Mettre sur pied un tel événement nécessite un travail de titan pour la poignée de bénévoles qui tient les rennes de l'organisation. Qui? Quoi? Comment et en combien de temps? Laurent Nicolas, programmateur de l'événement, reviendra demain dans nos pages sur les rouages de la manifestation.


    0 0

    "Fratricide" ouvrira le bal des quelque 22 représentations au programme de la nouvelle saison théâtrale.

    Humour, fanfare, théâtre, musique classique: avec ses 22 spectacles, la saison 2013-2014 du théâtre de Grand-Champ apparaît encore une fois riche et prometteuse. Hier, deux des quatre associations organisatrices ont dévoilé les atouts de l'année à venir. "Evento" joue la carte de l'humour avec Yann Lambiel en crise de la quarantaine (5 octobre), le phénomène "120 Secondes" (6-8 février) ou encore le très classique "Dîner de Cons" (16 janvier). Du côté des "Concerts de Gland", la musique se déclinera sur plusieurs siècles et résonnera notamment au son des sept pianos (!) de François Lindemann (6 octobre) pour un spectacle haut en couleur. " Cette année encore, nous espérons surprendre les spectateurs en leur offrant une programmation très éclectique ", résume Isabelle Monney, municipale en charge de la culture, en ouverture de la conférence de presse du théâtre, érigé en " phare culturel de la ville de Gland ".

     

    Une ouverture en émotion

     

    Le coup d'envoi de cette nouvelle saison sera donné le 2 octobre avec "Fratricide", création très attendue de l'avocat genevois Dominique Warluzel, victime d'un accident vasculaire cérébral (AVC) en début d'année. " Il vit une période difficile mais il sera présent pour cette première glandoise ", affirme M e Nicholas Antenen, venu représenter son collègue et ami. Porté par Jean-Pierre Kalfon et Pierre Santini, la pièce met en scène deux frères que tout oppose, réunis par le testament de leur père. " Un texte magnifiquement bien écrit, interprété par deux comédiens d'exception qui promettent de belles émotions ", s'enthousiasme Patrick Messmer, président de l'association Evento.

    Grande nouveauté cette année: les billets seront désormais disponibles sur le guichet virtuel du site internet de la ville de Gland. Et pour les réfractaires à l'informatique, les tickets pourront également être retirés auprès du greffe municipal. Les inconditionnels de Grand-Champ retrouveront avec plaisir les trois abonnements - Humour, Culture, Concerts de Gland - qui connaissent un succès grandissant auprès de la population locale. Mais leur forme pourrait être amenée à changer pour les saisons futures. " Le fait de séparer humour et culture me fait hurler de rire" , lançait hier le Valaisan Yann Lambiel, venu dévoiler le contenu de son spectacle. " Pourquoi ne pas mélanger les genres? Les humoristes sont aussi des acteurs culturels ", a-t-il relevé. Un avis partagé par le reste de l'assemblée, dont la municipale Isabelle Monney. " C'est une chose qu'il nous faudra peut-être changer à l'avenir pour permettre au public de goûter à tout ", a-t-elle affirmé en guise de conclusion.

     

    Réservations et programme:
    Par internet: www.gland.ch/theatre
    Par téléphone: 022 354 04 04


    0 0

    Une voiture en feu entre les sorties de Gland et Rolle perturbe le trafic ce samedi matin sur l'autoroute A1.

    Une voiture en feu entre les sorties de Gland et Rolle perturbe le trafic ce samedi matin sur l'autoroute A1 dans le sens Genève - Lausanne. Restez vigilants à l'approche de ce secteur.


    0 0

    L'ex-fleuron de la photographie mondiale rassemble ses activités à Terre Bonne, où travaillent 50 employés.

    Depuis début août, le Business Park de Terre Bonne voit l'arrivée d'un nouveau locataire: la célèbre entreprise américaine Eastman Kodak, qui quitte ses bureaux de Gland, Genève et La Hulpe en Belgique pour ceux d'Eysins, où travaillent quelque 50 employés européens.

    Une conséquence directe du plan de restructuration financier amorcé en juin dernier par l'ancien géant de la photographie argentique, laissé sur le bord de la route par l'avènement du numérique. " Ce déménagement avait pour objectif de faire des économies et de simplifier la structure de Kodak en regroupant l'essentiel de nos activités européennes dans un seul bâtiment ", explique la responsable des ressources humaines, Cendrine Saugy.

    Vague de licenciements

    Il y a encore deux ans, la filiale suisse comptait une centaine de collaborateurs, répartis entre le centre de démonstration jet d'encre à Gland et le siège européen de l'entreprise à Genève. Mais le dépôt de bilan, prononcé en janvier 2012, après 131 ans d'existence, a tout bouleversé. Pour sortir de sa procédure de faillite, la marque vend ses brevets, multiplie les licenciements et réoriente ses activités vers le secteur des technologies d'impression, délaissant le développement des pellicules photo. " Nous ne pouvions plus être sur tous les fronts. Il nous a fallu nous recentrer sur quelque chose de rentable ", relève la responsable.

    Renouveau après la chute

    Résultat? Les bureaux européens se réduisent comme peau de chagrin. " Nous étions trop lourds, nous devions perdre du poids, comme dans un régime ", avoue-t-elle. L'année 2013 devait donc être celle du renouveau pour Kodak. Un film qui se concrétise dans la relocalisation de ses activités en un seul et même bâtiment, adapté à sa nouvelle configuration. " Notre souhait était également de gagner en visibilité auprès de nos clients et "prospects" en leur offrant la possibilité d'explorer l'ensemble de nos produits en un seul voyage ", précise l'employée.

    L'ex-géant de la photo compte encore plusieurs centres de formation en Europe. Mais pour combien de temps encore? Cendrine Saugy se veut résolument optimiste: " Nous n'aurions pas signé un bail de dix ans si nous n'étions pas sûrs de nous . Nous avons vécu des années difficiles mais sommes à nouveau sur les rails ", s'enthousiasme-t-elle. Et après dix-neuf mois de procédure de faillite et maintes années de désolation, le vénérable groupe de Rochester devrait émerger du dépôt de bilan ce mardi 3 septembre. CLEMENTINE PRODOLLIET


older | 1 | 2 | (Page 3) | 4 | 5 | .... | 29 | newer